Quand le député belge Laurent Louis tente d’attirer l’attention… (réseaux pédocriminels – affaire dutroux)

Laurent Louis, parlementaire belge.



Le député belge Laurent Louis a posté cette photo sur son profil Facebook ce matin avec la légende suivante :

Hier soir, en rentrant de Liège, j’ai été violemment agressé par 4 individus vêtus de rouge, de vert, de bleu et d’orange. Je ne dois mon salut qu’à l’intervention d’un citoyen courageux et téméraire. Je dois, ce matin, reprendre mes esprits mais vous en saurez plus durant cette journée. Je tiens à rassurer mes amis, même si la photo peut impressionner, je vais parfaitement bien. Ne vous en faites pas ! J’ai l’habitude de prendre des coups !

En fait, cette « agression » n’a jamais eu lieu. Il s’agit d’une photo prise après la mise en scène suivante…

Laurent Louis s’explique :

« Quand on ne parvient pas à se faire entendre dans les médias, il faut trouver des astuces. En voilà une ! Cette vidéo très courte et très claire démontre parfaitement ce que je vis depuis quelques mois au Parlement. Et même si les coups ne sont pas physiques, je reçois tous les jours des coups moraux et financiers. Je remercie toute l’équipe de soutien qui a rendu cette vidéo possible. Ce fut un plaisir de la tourner… Un peu de dérision, de bonne humeur, de second degré, ça ne fait jamais de mal dans ce monde de brutes… Je comprends que cela choque certaines personnes mais c’est une opération « com » bien obligatoire…« 

Certains journalistes belges, au vu du traitement qu’ils ont fait de cette opération médiatique, semblent d’ailleurs de mèche avec le pouvoir. Voir l’article de la Meuse.be qui titre : Laurent Louis prétend avoir été agressé à Liège et publie la « preuve ». L’auteur, anonyme bien sûr, écrit sur un ton méprisant : « Bref, pas de doute: c’est encore une mise en scène de Laurent Louis, qui se fait passer, une nouvelle fois, pour une pauvre petite victime.« 

Voilà l’occasion pour nous de rappeler quelques faits.

Ce membre du Mouvement pour la Liberté et la Démocratie est la cible de poursuites judiciaires : une de la part du père d’une des enfants, l’autre pour « calomnie, diffamation et recel« . En effet, ce dernier avait montré en conférence de presse puis publié des photos de l’autopsie de Julie et Mélissa, montrant des béances annales de 4 à 5 cm. Il cherchait ainsi à démontrer que la version officielle de la justice, qui avait conclu que les jeunes filles étaient « mortes de faim » après 103 jours dans la « cache de Marcinelle » pendant l’incarcération de Marc Dutroux était une fable visant à protéger les pédocriminels. A ce propos, il a notamment déclaré : soit « elles ont été violées post-mortem, or personne n’a jamais été condamné pour ces faits répréhensibles ; ou alors elles ont reçu des visites durant la détention de Marc Dutroux, et dans ce cas-là les criminels et les violeurs courent toujours. »

Laurent Louis avait été désavoué par l’ensemble de la classe politique suite à ces déclarations. Le Parti Socialiste belge avait notamment dit à son encontre : « Pour le PS, il n’a jamais fait aucun doute que les discours et l’idéologie véhiculés par ce parlementaire relèvent de l’extrême-droite, et que Laurent Louis doit donc être traité comme tel ». A croire que l’anathème de l’extrême droite n’est pas utilisé qu’en France !

Dénonçant un « procès politique » Laurent Louis avait réclamé que l’on suspende les poursuites dans un discours prononcé au Parlement fédéral. Cette demande fut rejetée, et l’instruction suit son cours.

Le thème de la pédocriminalité (dont la France est loin d’être épargnée…) sera traité plus longuement dans les semaines qui viennent… En attendant, nous espérons que justice sera faite et que Laurent Louis, courageux représentant du peuple, sortira blanchi et indemne de sa quête de vérité.

Publicités