Le 7 Mai la France sera attaquée. Et mise à genoux.

« Le 7 Mai la France sera attaquée. Et mise à genoux. Dans la City et dans les plus grands hedge funds américains, c’est la veillée d’armes. On se prépare. Dans le calme mais avec une détermination froide et inquiétante. »

Marc FiorentinoSelon Marc Fiorentino, ancien directeur de L’AMF, à daté du 16 avril 2012, l’Eurex (marché des produits dérivés) va ouvrir un contrat à terme sur les emprunts d’État Français.

« Une semaine avant les élections Française, tous les spéculateurs du monde entier pourront facilement vendre à découvert de la dette Française. Facilement[…] Le 16 Avril, soit, quelle coïncidence, une semaine avant le premier tour des élections Françaises, le marché des dérivés, l’Eurex, va ouvrir un contrat à terme sur les emprunts d’État Français. »

Qu’est ce que cela veut dire? Très simplement. Jusqu’à présent, si vous vouliez spéculer contre la dette Française, vous n’aviez que deux moyens: acheter des CDS, ces fameux contrats d’assurance contre la faillite, ou vendre à découvert des emprunts d’état Français, deux moyens destinés aux grandes institutions financières et aux gros fonds spéculatifs et qui nécessitaient de gros moyens.

Avec l’ouverture de ce contrat, ce sera plus facile : tout le monde ou presque pourra acheter ou vendre à découvert des emprunts d’État Français. Avec, en plus, un effet de levier de 1 pour  20. C’est-à-dire qu‘avec 50,000 euros seulement vous pourrez vendre à découvert 1 million d’euros d’emprunts d’État Français. C’est l’arme idéale pour attaquer la France. Cela fait plus de 13 ans qu’avec la disparition du MATIF, le marché à terme des Instruments Financiers, on ne pouvait plus spéculer contre la France aussi facilement.

Dans un article parut le 6 février 2012, Marc Fiorentino déclarait : « Si on en croit les sondages François Hollande sera élu. Le 6 Mai à 20h son visage apparaîtra sur nos écrans. Quelques heures plus tard à l’ouverture des marchés asiatiques, la Finance, à qui il a déclaré la guerre, va se venger. Et ce sera d’une simplicité enfantine. Les taux Français vont s’envoler. Les fonds spéculatifs, unis, vendront la dette française à découvert. Sans pitié. Et même avec un certain plaisir. On montera jusqu’à 4.5% sur les taux à 10 ans Français. L’euro sera sous pression. Sous forte pression. »

Prophète, Cassandre, ou initié qui a encore un peu de moral ? En réalité, Marc Fiorentino dénnonce le mot d’ordre donné par les investisseurs anglo-saxons.

Dans un article du 7 avril, intitulé the french election and business : The terror , le journal numéro un de la planète finance pour les Anglo-saxons, the economist, met en avant le fait que les candidats à l’élection présidentielle rivalisent de propositions qui vont mettre à mal les entreprises. Tandis que des pays accueillent les firmes multinationales « la France à l’air de vouloir les rejeter » a dit Denis Kessler, dirigeant de l’assureur SCOR, cité dans l’article.

dessin apposé dans l’article de the economist jugez en par vous même

On peut aussi y lire: « les banques d’investissement et les firmes d’avocats internationaux seront probablement les premiers à partir. PNB-Parisbas et société générale font déjà l’objet de rapport d’experts demandé par les investisseurs internationaux sur l’impacte de la séparation des activités bancaires prônée par François hollande [et Jacques Cheminade]. »

Plus loin,l’article dit que la pression pourrait venir des actionnaires étrangers selon les dires de Serge Weinberg directeur de Sanofi : « les actionnaires américains,allemands, et moyen orientaux ne le tolèreront pas ».

Enfin, Nicolas Sarkozy semble ne pas  être épargné car ses propositions de taxes sur les grosses entreprises y sont décrite avec dédain et inquiétude.

La menace est donc réelle, et bien que les candidats à l’élection présidentielle risquent de ne pas tenir leurs promesses concernant la finance, les rapaces internationaux de la City et Wall Street saisissent  cet effet d’annonce pour préparer leur attaque spéculative.

Une chose est sure, le système financier actuel fonctionne grâce à l’usure et à l’augmentation du taux d’usure permit par une dilapidation de l’économie réelle.  L’élection présidentielle actuelle n’est donc qu’une sorte de spectacle qui cache la tempête à venir, à moins qu’elle ne fasse émerger une réelle volonté du pouvoir politique de challenger cette folie destructrice. Réagir par la peur ou le compromis n’est donc pas une réponse à la réception d’une telle nouvelle. Au contraire, seule une résolution acharnée contre vents et marrées, permettra de faire tomber les murs de la tyrannie financière.

sources:

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20120206trib000682103/marc-fiorentino-le-7-mai-la-france-sera-attaquee-.html

http://www.monfinancier.com/finances/journal-de-monfinancier-c1/edito-r2/une-arme-fatale-contre-la-dette-francaise-9187.html

http://www.economist.com/node/21552219

http://www.economist.com/node/21551461

Publicités